Melaky

Melaky

Un “désert” médical … ?

L’expression “désert médical” prend tout son sens dans la région Melaky. La couverture sanitaire y est tout simplement dérisoire, la faute à un territoire vaste, une faible densité de population et une répartition disparate des habitants.   

ATR

La situation précaire de la couverture sanitaire du Melaky porte à réflexion sur les conditions dans lesquelles vivent les Malgaches dans cette région. Les insuffisances sont criardes tant sur le plan financier que sur le plan matériel et humain. Le chef du service médico-sanitaire au sein de la direction régionale de la Santé du Melaky Dr Nicolas Ravelomahazosoanirina a notamment attiré l’attention sur la pénurie d’agent de santé qu’il y a actuellement dans la région. Cela a contraint le ministère à fermer des formations sanitaires. Pour pallier à ce problème, l’Etat a prévu de recruter massivement des paramédicaux. D’après Dr Nicolas Ravelomahazosoanirina cela devrait permettre de couvrir la totalité des formations sanitaires de la région dont celles qui ont dû être fermées. Toutefois, il a indiqué que c’est encore loin d’être suffisant. En effet, les formations sanitaires ne sont pas aux normes en matière de ressources humaines. “Normalement, un CSB II (centre de santé de base de niveau 2) devrait comporter un médecin, une sage-femme, un infirmier et un personnel d’appui/aide-soignant. La réalité dans la région c’est un agent de santé par formation sanitaire“, a déploré le chef de service qui a précisé que plus de 90% des paramédicaux deviennent des chefs CSB II. En tout et pour tout, la direction régionale ne compte qu’une vingtaine de médecins pratiquants pour un total de 62 CSB II. 

Le mauvais état de la route, encore et toujours un problème

Mais pour le Dr Nicolas Ravelomahazosoanirina, le principal facteur de blocage en terme de développement sanitaire dans le Melaky c’est l’accessibilité. En effet, 70 à 80% de la population de la région se trouve à plus de 10 km d’une formation sanitaire. A cela s’ajoute le mauvais état des routes qui font que certains CSB II ne sont accessibles que quelques mois dans l’année. Notre interlocuteur a pris exemple sur une formation sanitaire dans le district de Maintirano qui est inaccessible sur une période de 8 mois. Même topo pour la liaison entre le chef lieu de région Maintirano et les chefs lieu de district. “Le secteur est très vaste et la répartition de la population est problématique. Il est ainsi difficile de coordonner les actions dans la région”, a indiqué Dr Nicolas Ravelomahazosoanirina qui a évoqué des problèmes au niveau du rapportage ralentissant les prises de décisions dans la région. “Tout cela a des répercussions sur les indicateurs de santé de la région. Voilà pourquoi le Melaky se retrouve le plus souvent en queue de peloton”. Pour ce qui est du Programme élargi de vaccination par exemple, si l’objectif national de l’indicateur Penta 3 (Dtc, Hib 3) est de plus de 95%, la région n’a réalisé qu’un score de 72%. Il en est de même pour le BCG de 0 à 11 mois avec un score de 54% contre un objectif national de plus de 90%.

Néanmoins, les membres du personnel de la direction régionale de santé du Melaky essaient de faire de leur mieux pour mener à bien leur mission. Ainsi, compte tenu de toutes les difficultés auxquelles ils doivent faire face, chaque amélioration d’indicateur est une victoire en soi. C’est d’ailleurs avec une certaine fierté que le Dr Nicolas Ravelomahazosoanirina a parlé de l’augmentation du taux de guérison de la tuberculose à 85%. L’espoir est donc toujours permis d’autant plus que l’Etat entend mener certaines réformes qui pourront faire évoluer grandement les choses. C’est le cas notamment de la nouvelle politique de la Fonction publique qui vise entre autres à répartir de manière équitable les fonctionnaires sur tout le territoire.

Effectif des professionnels de la santé au sein de la direction régionale

  • Vingtaine de médecins pratiquants
  • 56 infirmiers
  • 32 sages-femmes
  • 62 CSB II
  • 20 CSB I
  • 4 CHRDI
  • 1 CHRDII
  • 1 CHRR avec un plateau technique insuffisant

Résultats 2015 de la région :

  • Vaccination : Penta 3 72%, BCG 54%
  • Accouchement au centre : 16%
  • Taux de couverture contraception : 23%
  • Consultation externe : 23%