Actus

Le trio pouvoir- privé-bailleurs mis en avant

Développement – Le succès de la conférence des bailleurs et des investisseurs était encore frais dans les mémoires durant la cérémonie de présentation de vœux qui s’est tenue hier à Iavoloha. Dans son discours, le Président de la République a mis en avant le rôle partagé du pouvoir, du secteur privé et des bailleurs de fonds dans le développement du pays. 

ATR

2017 a tout pour devenir une année particulière avec toutes les promesses qu’elle renferme a signifié le Président de la République Hery Rajaonarimapianina au début de son allocution hier. Pour lui, cette année sera portée par l’élan d’optimisme d’une année 2016 accomplie, une année qui a vu la Grande île accueillir deux sommets internationaux d’envergure mais surtout qui a vu le succès retentissant de la Conférence des bailleurs et des investisseurs (CBI). Le Président a tenu à rappeler que la délégation qu’il a emmenée à Paris a obtenu des promesses de financements de plus de 10 milliards de dollars pour soutenir le Plan national de développement (PND), soit deux fois plus que ce qui était espéré. Pour lui, ce qui s’est passé dans la capitale française est un symbole fort d’une confiance retrouvée entre Madagascar et la communauté internationale. Hery Rajaonarimampianina d’expliquer que si le gouvernement a obtenu ce succès c’est grâce à un PND pertinent et clair qui montre les défis que le pays doit relever pour son développement. Il a aussi avancé que c’est le fruit des efforts entrepris jusqu’ici par le pouvoir pour améliorer la bonne gouvernance surtout dans la gestion des finances publiques.
D’un autre côté, le Président de la République a souligné l’engagement du secteur privé à la CBI dont la contribution s’élève à près de 4 milliards de dollars. Il a ainsi adressé un message aux entrepreneurs en leur promettant une amélioration de l’environnement économique. « Des efforts ont été entrepris dans ce sens et c’est la raison pour laquelle le secteur privé n’a pas hésité à apporter son soutien au PND lors de la CBI », a déclaré l’hôte de l’évènement. Il a précisé que le rôle de l’Etat est justement d’améliorer l’environnement économique et de permettre un partage équitable des fruits de la croissance. Dans la foulée, Hery Rajaonarimampianina a évoqué les zones économiques spéciales (ZES) à  Taolagnaro et à Antsiranana, dont la mise en place pourrait être accélérée d’après ses dires. Le Président attend beaucoup de ces structures qui, selon lui, iront booster le développement dans les régions concernées en créant des emplois notamment chez les jeunes. Il a expliqué que les ZES constituent une promesse d’emploi décent, source de revenu et de bien-être pour la population mais aussi une promesse d’entrée d’argent important pour le gouvernement. Le locataire d’Iavoloha d’ajouter que les bailleurs de fonds ont également prévu de soutenir le secteur privé malgache.
En somme, pour cette année 2017, Le Président de la République prédit une Grande île terre de projets sous l’impulsion du trio pouvoir-secteur privé-bailleurs de fonds. « Le développement demande des moyens. Les moyens sont là », dixit un Hery Rajaonarimapianina plus optimiste que jamais.

Le travail continue

Le Président a rappelé que 2016 a été l’année du travail et les résultats ont été au rendez-vous. Il a rappelé que de nombreuses infrastructures ont été mises en place à travers l’île avec pour leitmotiv : « projet structurant ». Il a notamment évoqué la construction ou la remise en état de plusieurs barrages agricoles indispensables à des milliers d’hectares de rizières dans le pays. Dans le volet tourisme il a fait savoir que le nombre d’arrivées a augmenté de 20% en 2016. « Le travail a commencé l’année dernière. On va continuer à en faire de plus belle cette année », a déclaré Hery Rajaonarimampianina qui pourra compter sur l’appui des bailleurs de fonds. Il a précisé que les partenaires techniques et financiers sont prêts à apporter leur soutien au développement du pays à l’image de l’Union européenne et de la Banque européenne d’investissement qui se sont engagés à financer la construction de plusieurs kilomètres de route à partir de cette année dont l’axe Ambilobe-Vohémar. Le Président a également annoncé les travaux d’extension d’aéroports et de ports dans le pays.

Environnement

Alors que le pays est plus que jamais en proie aux affres du changement climatique, le Président de la République a attirer l’attention sur la responsabilité de chacun dans ce défi commun. Dans cette optique, il a évoqué la convention sociale nationale sur le climat pour le développement durable prévoyant des mesures incitatives pour que les communes qui suivent les programmes définis par le gouvernement dans la préservation de l’environnement.
Pour conclure, Hery Rajaonarimampianina a annoncé une hausse de 7% des salaires des fonctionnaires et l’extension, pour une nouvelle période de 6 mois, de l’exonération des droits de succession dans le domaine foncier. Sinon, il a accordé une remise gracieuse de peine aux personnes condamnées à des peines privatives de liberté en cours d’exécution.

Prise de responsabilité

Le Président de la République ne s’est pas voilé la face devant les difficultés qui restent encore à surmonter comme dans le domaine de l’énergie, symbolisées d’ailleurs par les délestages. Hery Rajaonarimampianina a déclaré que la politique du gouvernement est claire à ce sujet avec la transition énergétique en ligne de mire. Plusieurs projets va dans ce sens comme la mise en place prochaine de grands barrages hydroélectriques ou encore la mise en place de centrale solaire. Le Président n’a pas manqué de rappeler à Iavoloha le manque de vision des régimes précédents qui pénalise aujourd’hui le secteur. Le Président a également indiqué que le pouvoir n’a pas fuit devant ses responsabilités en osant prendre les décisions qui s’imposent comme l’application de la vérité des prix à la pompe. Il a toutefois ajouté que cela requiert des mesures d’accompagnement pour ne pas pénaliser la population. Par ailleurs, il a évoqué les subventions accordées à la Jirama qui doivent être réduites pour une meilleure allocation de l’argent public.