Pr

Vers une « émergence harmonieuse » !

MADAGASCAR 2017 – Détermination et esprit de bâtisseur ! Ce sont les mots-clés qui peuvent résumer le discours du Président Hery Rajaonarimampianina lors de la cérémonie de présentation de vœux, hier au Palais d’Etat d’Iavoloha.

D’emblée, le Président de la République, Hery Rajaonarimampianina a rappelé les défis qui ont été relevés en 2016, après une année 2015 toujours entachée par une certaine instabilité politique ou plutôt par moult manœuvres de déstabilisation. L’année 2016, quant à elle, a été vraisemblablement  une année charnière, voire même déterminante, puisqu‘elle  a placé 2017 et l’avenir même du pays sous de meilleurs auspices. Ce fut également l’occasion pour le Chef de l’Etat de rendre hommage à la maturité du peuple malgache, pour sa contribution, par sa sagesse et par son travail.
Au-delà des critiques récurrentes, des appels à la déstabilisation et autres assertions malveillantes qui ont émaillé 2016, Madagascar a retrouvé sa place dans le concert des nations. « Nous avons redoré une image trop longtemps réduite à celle d’un pays pauvre, sans aucune perspective et sans aucun avenir », a notamment relevé le Président de la République. Des avancées ont été enregistrées dans le redressement du pays, et la mise en place d’infrastructures de base commence à induire le changement. L’année 2016 a été celle des défis multiples.
L’accueil des sommets du COMESA et de la Francophonie a été un franc succès. Quant au rétablissement de nos relations avec les partenaires techniques et financiers, il a abouti à la tenue de la Conférence des bailleurs et investisseurs dont les résultats ont largement dépassé les attentes.

Plan National de Développement

Ce n’est pas le fruit du hasard, ni l’expression d’une simple sympathie des partenaires à l’endroit de Madagascar. A la base, il y a en premier lieu le Plan National de Développement, un document cohérent et crédible, élaboré par des techniciens rompus aux réalités du pays, et qui a recueilli l’accord des bailleurs et des investisseurs. La crédibilité du PND a été confortée par les efforts déployés quant à l’amélioration de la gouvernance, en particulier celle des finances publiques. Il y a enfin le changement dans la perception de Madagascar par les bailleurs internationaux, laquelle tient compte désormais du véritable potentiel du pays et de la situation politique qui prévaut.
Le Chef de l’Etat a fait valoir que de tels résultats ont été rendus possible grâce au travail et à la persévérance de tout un chacun, à chaque niveau où qu’il se situe, et prenant conscience de la nécessité d’apporter sa part de contribution au redressement du pays.
Ces avancées sont aussi le fruit de la confiance et de la solidarité, en dépit du négativisme de certains qui n’a pas ébranlé la sagesse de la majorité des Malgaches. Le Président Hery Rajaonarimampianina a reconnu que « lorsque les Malgaches le veulent, ils le peuvent…, et ils peuvent surprendre… ».  Madagascar n’a jamais réuni autant de conditions favorables à son développement comme aujourd’hui, ce qui, réellement peut le mettre sur l’orbite de l’émergence…

Redynamisation

L’année 2016 a été celle du travail, et 2017 le sera encore davantage car il s’agit d’améliorer les conditions de vie de la population, par une redynamisation de l’économie, à travers une réelle valorisation de nos richesses. Dans cette démarche, le secteur privé, tant national qu’international, a indéniablement renforcé son engagement ; pour sa part, l’Etat met en œuvre une politique destinée à améliorer l’environnement et le climat des affaires et veille à une répartition équitable des fruits du progrès. Pour leur part, les bailleurs de fonds, à l’instar de la Banque Mondiale, se sont engagés à soutenir le secteur privé dans les domaines de l’agriculture, de l’élevage, de l’énergie et de la pêche. Il en est de même pour la Banque Africaine de Développement avec un financement de 1 milliard d’USD.
Au plan économique, les Zones Economiques Spéciales de Taolagnaro et d’Antsiranana seront diligemment mises en place. Outre la création d’emplois, notamment pour les jeunes, et les changements sociaux induits, les ZES contribueront aussi à augmenter les finances de l’Etat, lui permettant ainsi d’investir davantage dans les domaines de la sécurité, de la santé, de l’éducation ou encore dans celui du culturel.
Dans le secteur crucial de l’énergie, le Chef de l’Etat a mis l’accent sur la transition énergétique, par une valorisation de l’hydroélectricité et du solaire notamment. « Dans le secteur de l’énergie, nous subissons aujourd’hui les effets du manque de vision à long terme, en raison de l’instabilité politique chronique qui a marqué la vie pays durant des décennies, et qui n’a pas permis de mettre en œuvre une réelle politique énergétique. Aujourd’hui, les bailleurs et les investisseurs sont prêts à accompagner Madagascar ».
Outre l’énergie, le Président de la République a évoqué la politique développée en matière d’infrastructures, entre autres dans les domaines de l’agriculture, des routes ainsi qu’en ce qui concerne les ports et aéroports. Il a toutefois souligné que la mise en œuvre d’une telle démarche, qui s’inscrit sur le long terme, requiert une stabilité politique car il s’agit d’assurer une émergence harmonieuse du pays et d’améliorer les conditions de vie de la population.
Dès lors, il appartient à l’Etat de défendre la marche vers le progrès et la prospérité, dans un pays où les grands chantiers sont appelés à se multiplier et à s’intensifier.
 
Bâtisseur…

Par ailleurs, le Président Rajaonarimampianina a recommandé l’esprit de bâtisseur qu’on doit cultiver, et qui doit animer tout un chacun, dans son travail, au quotidien, pour mettre le pays sur l’orbite d’une émergence harmonieuse. Les financements sont déjà disponibles, mais il nous faut être prudents et respectueux envers nous-mêmes et envers les autres, et assumer nos responsabilités respectives conformément aux véritables intérêts de la nation.
Sur le plan politique, le Chef de l’Etat a préconisé un renouveau dans la pratique politique car il faut dorénavant convaincre les citoyens du bien-fondé d’un projet de société, afin qu’ils puissent faire leur choix uniquement par la voie démocratique des urnes.