Fce

Région Vatovavy Fitovinany

Renforcer les infrastructures de transport pour booster l’économie

K.B

Le dossier de projet de réouverture du port de Manakara et de réhabilitation du réseau ferroviaire Antsirabe-Fianarantsoa-Manakara vient d’être bouclé. « Le début des travaux de construction est prévu pour la fin 2017 » a noté Rémi Vincent Andrianjanaka, Chef de la région Vatovavy Fitovinany.
La région Vatovavy Fitovinany prévoit de rouvrir le port de Manakara et de redonner vie à la ligne ferroviaire reliant cette côte Est à Fianarantsoa et Antsirabe. Ce, « afin de faire de Manakara une destination prisée » a souligné le Chef de Région. En effet, le tourisme constitue une des grandes potentialités de la région Vatovavy Fitovinany. Ce secteur a connu dernièrement un fort essor. Et ce, grâce à l’intérêt que les touristes, dont des chercheurs, portent à 5 grands sites de la région. A savoir, d’après Rémi Vincent Andrianjanaka, « le site de Ranomafana qui est très prisé de par sa richesse en biodiversité, son centre thermal et surtout de par l’existence dans la zone, d’un centre de recherche en primatologie ». Il y a également l’attrait des touristes pour les 250 km de plage que possède la région, « allant de Nosy Varika à Vohipeno ». Ce qui représente « les ¾ des plages de la province de Fianarantsoa ». Outre la plage, il y a le Canal des Pangalanes, les forêts et le réseau ferroviaire Fianarantsoa-Manakara qui, malgré son mauvais état actuel, attire encore beaucoup de touristes. « Beaucoup de touristes empruntent encore ce réseau pour visiter la région » explique-t-il, « raison pour laquelle, sa réhabilitation et son amélioration constituent actuellement une des priorités de la région ».
Une région riche. « Sur le plan économique, Vatovavy Fitovinany est probablement l’une des plus riches de Madagascar » a fait remarquer Rémi Vincent Andrianjanaka. Si l’on ne parle, en effet, que des cultures de rente qui en font la renommée. A l’exemple du girofle, du poivre, du café et de la vanille « qui attire jusqu’aux grands opérateurs de la Sava en raison de sa très bonne qualité ». Toujours d’après les explications données par notre interlocuteur, « les parents de 80% des cadres supérieurs de la région vivaient de ces cultures de rente ». « Aussi pour pouvoir développer la région, il est plus qu’indispensable de penser à développer ces activités ».  D’autant plus qu’actuellement, la région possèderait, selon lui, « 450 000 ha de terrains exploitables et disponibles ». Sans compter les richesses du sous-sol telles que l’ilménite, l’or etc. dont l’exploitation pourrait contribuer énormément à améliorer le niveau de croissance régionale.
Création d’emplois. Le dossier de projet se trouve actuellement au niveau du ministère du Transport. Mais selon les prévisions de toutes les parties prenantes, la première phase des travaux de construction devraient débuter d’ici fin 2017. Cette première phase consiste en la réhabilitation du réseau FCE ou Fianarantsoa-Côte Est. « Ce qui créerait des emplois pour les jeunes de la région » a noté le Chef de Région. En effet, la réhabilitation du réseau ferroviaire se fera en deux phases dont une deuxième qui se consacrera aux tronçons Fianarantsoa-Antsirabe et Antsirabe-Antananarivo. Une réalisation qui nécessiterait une importante force de travail. Il est également à noter que ce projet d’infrastructures, d’un montant prévisionnel de « 700 millions USD »,  ne sera pas financé par des emprunts. En effet, c’est, d’après Rémi Vincent Andrianjanaka, « un projet qui s’inscrit dans le cadre des partenariats public-privé ou PPP ». Dans ce sens, il sera financé par la société chinoise Sogecoa membre du groupe Anhui Foreign Economic Construction (Afecc). Cette société assurera donc, pour une durée déterminée, l’exploitation des infrastructures qu’elle aurait construites.
Ce grand projet pourrait ouvrir la région vers de plus larges perspectives de développement. La volonté des politiques au niveau de Vatovavy Fitovinany est là. Néanmoins, « pour que l’Etat puisse penser à un réel développement, il faut qu’il y ait une paix dans le pays et que chacun pense enfin à l’intérêt supérieur de la Nation » interpelle Rémi Vincent Andrianjanaka, Chef de la Région Vatovavy Fitovinany.